Ce test représente notre avis sur le jeu il est donc plus ou moins « subjectif » même si nous essayons d’être le plus neutre possible. Vous pouvez donc vous baser également sur les tests réalisés sur d’autres sites afin d’avoir un avis plus global.

Oninaki est un JRPG développé par Tokyo RPG Factory et édité par Square Enix. Il est sorti le 22 août 2019 sur Nintendo Switch, Playstation 4 et STEAM.

Vous débuterez votre aventure en incarnant Kagachi, un jeune homme devenu gardien suite à la mort de ses parents lorsqu’il était plus jeune. A quoi consiste le rôle de gardien ? Et bien tout simplement à apaiser les âmes en peine restant bloquées entre le monde des vivants et leur réincarnation. Vous l’aurez compris les gardiens peuvent communiquer entre l’au-delà et les vivants, ce qui sera d’ailleurs également votre cas tout au long du jeu. Vous devrez aider des âmes déchues à effectuer leur réincarnation dans une autre vie. Cependant, rien ne se passera comme le souhaite Kagachi et une rencontre qui n’était pas prévue, dès son enfance, bouleversera l’ensemble de sa vie.

Le gameplay se base principalement sur les passages entre l’au-delà et le monde des vivants mais également sur les démons, que vous devrez découvrir tout au long de l’aventure. En effet, dans le monde de l’au-delà vous trouverez des âmes déchues de personnes décédées et vous pourrez communiquer avec elles afin de les aider à se réincarner. Cela arrivera dans le scénario mais également en secondaire puisque de le faire vous permettra de gagner des pierres universelles. Les démons sont, quant à eux, différents les uns des autres. Ils ont tous leurs propres spécificités (rapidité, point de vie, etc…) et devront être améliorés à l’aide d’un arbre de compétence.

Au fur et à mesure de vos combats vous gagnerez des pierres (pierres d’épées, pierres de faux, etc…) afin d’améliorer les démons en débloquant des attaques, des bonus de défense, etc… mais également leurs souvenirs ! Ceci n’est pas obligatoire mais apporte un très gros plus à l’univers du jeu. Les pierres universelles sont, elles aussi, utilisables pour débloquer les compétences de l’arbre de chacun des démons.

Nous ne vous le cachons pas, au début d’Oninaki, et avant augmentation des arbres de compétences, nous trouvions le système de combat assez lent et rigide. Cependant, une fois les démons améliorés cette sensation se dissipe (même s’ils ne sont pas tous rapides comme Aisha ou Rigan, par exemple) et le système de combat devient plus plaisant.

Lors des combats, les monstres pourront faire tomber des armes pour chacun des démons (lorsque vous les aurez débloqués, évidemment) mais aussi des ombreroches. Celles-ci auront toutes une valeur différente allant d’une arme normale à une légendaire.

Plus vous avancerez dans le jeu plus la rareté de vos armes sera élevée, vous pourrez d’ailleurs augmenter leur puissance chez l’alchimiste (à Deto) en utilisant les armes que vous n’utilisez pas. Les ombreroches, quant à elles, permettent de rajouter des bonus à vos armes comme augmentation de l’attaque de base, la possibilité d’étourdir ou infliger poison à un ennemi, etc…

Chaque démon dispose d’une jauge de manifestation, celle-ci peut atteindre au maximum 200% (à part si une ombreroche est utilisée pour palier à cela). Une fois qu’elle est activée, la puissance de votre démon est décuplée et vous permettra de venir à bout de vos ennemis plus rapidement et avec plus de facilité.

En termes d’univers général d’Oninaki, de scénario et d’ambiance visuelle nous avons été réellement pris dedans ! C’est simple, il nous a été difficile de le lâcher. Les graphismes, pour un rpg comme celui-ci, sont superbes et font très bien ressentir l’ambiance que cherchait les développeurs.

Les personnages ont un style et un caractère qui leur est propre, ce qui nous pousse à nous attacher à eux. Les démons sont vraiment classes (tous sans exceptions) et le fait qu’ils aient des souvenirs est vraiment un très gros plus, ils ne sont pas là que pour les combats et nous avons appréciés cela. Quant aux décors, ils sont sublimes, certains plus que d’autres, mais c’est vraiment très beau dans l’ensemble.

Concernant l’histoire, ça sera probablement le dernier point de ce test et pas des moindres, elle n’est pas simple et traite d’un sujet que nous n’avons pas retrouvé (pour notre part) dans beaucoup de jeux : la réincarnation. C’était un pari plutôt difficile à réaliser mais au final qui a bien marché. Il y a beaucoup de rebondissements, et même si deux ou trois infos sont prévisibles assez rapidement, dans l’ensemble l’histoire nous porte tout au long de l’aventure et nous fait découvrir l’univers (et ses secrets) jusqu’à la fin du jeu. Tout cela pour dire que le scénario a très bien fonctionné sur nous et qu’il nous a énormément plu. De plus, l’option des choix apporte un plus à l’immersion du joueur. Attendez-vous à hésiter devant votre manette.

En conclusion, nous avons passé de très bonnes heures de jeu sur Oninaki depuis sa réception et avons pris énormément plaisir à y jouer. Même si nous savons que beaucoup ne partagent pas notre avis, pour nous il reste un bon jeu qui mérite d’être fait.

Oninaki

49.99 €
7.7

Gameplay

7.5/10

Graphisme

7.5/10

Mécanique

8.0/10

Bande Son

7.0/10

Scénario

8.5/10

Les trucs cool :

  • Bande son propre à l'univers, très mélodieuse
  • Scénario prenant
  • Personnages touchants
  • Arbre de compétences (Sphérier)
  • Un bon univers geraphique
  • Oser touché au thème de la réincarnation
  • Un bon contenu "postgame"
  • Une bonne durée de vie pour A-rpg

Les trucs moins cool :

  • Temps de chargement assez long
  • Système d'esquive en deça (en dessous) de ce qui peut être attendu
  • Impossible de changer l'angle de caméra

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.